La sodomie et les pénétrations anales : sont-elles de bonnes pratiques sexuelles ?

La sodomie est un rapport sexuel qui consiste en une pénétration de l’anus du ou de la partenaire, généralement avec le pénis ou à l’aide d’un objet remplaçant le pénis, comme un godemichet. Sachant bien que l’anus ne produisent pas de lubrification naturelle facilitant le rapport sexuel contrairement à la vulve et au vagin, on se demande constamment si la sodomie et les pénétrations anales constituent de bonnes pratiques sexuelles. Découvrez la réponse à cette interrogation dans cet article.

Le plaisir

L’objectif recherché au cours d’un rapport sexuel est le plaisir. La suite, à voir ici. Ainsi, la sodomie pourrait être une source de plaisir pour le receveur. En effet, à travers la sensation de va-et-vient chez la femme et la prostate chez l’homme, l’orgasme est atteint chez le partenaire passif. Néanmoins, le plaisir est atteint si et seulement si les deux partenaires sont consentants et s’y prépare. Le rectum pouvant contenir des restes de matière fécale qui pourraient irriter le côlon, vous devriez procéder à un lavement préalable à une sodomie afin d’éviter de mettre votre partenaire mal à l’aise. Cependant, la pratique régulière de la sodomie pourrait fragiliser les muqueuses de rectum et augmenter le risque d’un cancer.

La posture d’esclave

A la base, les rapports sexuels étaient destinés à la procréation et se pratiquaient par deux personnes de sexe opposé. Mais depuis l’avènement de l’homosexualité, les pénétrations anales sont devenues des pratiques auxquelles s’adonnent bon nombre de couples hétérosexuels et homosexuels. Ces pratiques s’expliquent par une recherche accrue de plaisir lors des rapports sexuels. Néanmoins, ces pratiques ne satisfont pas tous les partenaires puisqu’elles ont tendance à mettre son partenaire dans une posture d’esclave afin d’étancher sa soif de plaisir. Ce dernier ressent très souvent des douleurs atroces qui peuvent entrainer des infections la rendant ainsi malade.